L’UNI DÉNONCE LES BLOCAGES ET LES MENACES ANTISÉMITES ET ANTI-POLICE DE L’EXTRÊME-GAUCHE À L’UNIVERSITÉ JEAN MONNET

Par UNI Saint-Etienne

Le 8 février 2023 à 15h39

UNI

Je partage l'article

Depuis la semaine dernière, à Saint-Étienne comme dans bons nombres de villes françaises, les militants de l’UNI ont constaté simultanément des blocages sur différents campus organisés par l’extrême-gauche.

Ce sont des Bibliothèques Universitaires fermés, des restaurants CROUS fermés, des cours annulés au détriment de la liberté d’étudier et de la liberté d’enseigner, mais aussi des locaux dégradés. 

Dans la même semaine, un syndicat étudiant d’extrême-gauche « Ose-CGT » a décidé de bloquer un amphithéâtre sur le campus Tréfilerie sans aucune difficulté en raison de la passivité complice de la présidence de l’Université. Pire, des personnes extérieures à l’université ont participé à ce blocage et à l’occupation de cet amphithéâtre, causant un réel danger pour la sécurité des étudiants et des personnels de l’université.

Nous avons constaté dans cet amphithéâtre que des bougies avaient été installées à proximité des matelas installés par les squatteurs, posant ainsi un problème évident de normes de sécurité. En plus de cela, une forte odeur de stupéfiant était présente dans l’amphithéâtre

Lors d’une conférence organisée par les bloqueurs dans cet amphithéâtre le vendredi 3 février, nous entendons un membre de ces organisations crier pendant la conférence « Mort à Israël, vive la Palestine ».Des propos n’ayant pas choqué l’auditoire car personne ne releva mais tout le monde acquiesça.  

Nous avons constaté la présence du drapeau palestinien mais aussi celui du collectif antisémite « Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) » dans la salle ainsi que de nombreux tags antisémites et appelant à la mort d’Israël qui ont recouvert la fac sans réaction de la part de l’Université. Récemment, notre local situé Campus Tréfilerie a également été vandalisé. Ainsi, des stickers, et des tags comportant des injures et menaces de mort (« mort aux FAF ») pouvaient être lisibles sur notre porte d’entrée et le couloir nous menant à lui. 

Nous condamnons fermement les agissements de ces groupuscules d’extrême-gauche au sein même del’Université Jean Monnet. L’antisémitisme, sous couvert d’antisionisme, les entraves à la liberté d’étudier et d’enseigner et les violences n’ont pas leur place au sein de l’Université. Nous exigeons que l’Université prenne des sanctions à l’égard de ces associations qui entachent l’image de notre université et de notre ville.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

L’UNI demande à ce que l’extrême-gauche cesse immédiatement de bloquer Sciences Po Grenoble

Article lié -

L’UNI menacée pour avoir dénoncé le port du voile intégral à l’Université de lille

Article lié -

Élections Crous : L’UNI se présente partout en France pour défendre le mérite et les classes moyennes et s’opposer aux listes gauchistes et islamistes