L’UNI émet des inquiétudes sur le Livre Vert de Martin HIRSCH

Par UNI Archives

Le 1 juillet 2009 à 13h06

UNI

Je partage l'article

La commission HIRSCH devait se réunir pour la dernière fois mardi 30 juin. Cependant, les débats interminables ont obligé à fixer une dernière réunion lundi 6 juillet, alors qu’initialement les travaux devaient se terminer fin mai.

Au vu des dernières discussions qui ont porté essentiellement sur les ressources des jeunes, l’UNI émet des inquiétudes sur le Livre Vert, en attente de sa version définitive. Alors que les premières orientations de la commission allaient dans le bon sens car il était exclu d’adopter une allocation d’autonomie universelle chère à l’UNEF et passée de mode, le Haut commissaire a tenté tard dans la soirée sans y arriver de mettre d’accord l’ensemble des organisations, en présentant deux propositions qui ressemblent fort à une simili allocation d’autonomie sans qu’elle n’en porte le nom.

Des questions toujours sans réponse

En proposant à la dernière minute un système de « droit de tirage » ainsi qu’un « système de contractualisation sur un parcours » dont on ne sait ni les montants, ni les bénéficiaires, ni les finalités précises, ni le financement proposé, il a été décidé de tourner le dos aux travaux qui ont été menés durant près de 4 mois par les membres de la commission afin ne pas froisser certains participants qui préfèrent rester fidèles à leurs vieilles recettes inefficaces.

L’UNI s’inquiète quant au financement des mesures avancées pour les ressources des jeunes. En effet, il est évoqué une «réforme des mécanismes du quotient familial » et une « réaffectation des allocations familiales », ce qui reviendrait à déshabiller Pierre pour habiller Paul et à pénaliser inutilement les familles. Malgré l’urgence d’obtenir des clarifications, aucune réponse à ces inquiétudes n’a été apportée au cours du débat d’hier. L’UNI va écrire au Haut-commissaire pour obtenir des précisions.

Le « prêt autonomie » abandonné ?

Quant à la proposition d’un « prêt autonomie », que l’UNI appelle de ses vœux, elle est passée le temps d’une soirée du statut de proposition forte de la commission à celui de simple hypothèse dont on ne sait même pas si elle figurera dans la version finale du Livre Vert.

Cette idée innovante de prêt, ouvert à l’ensemble des jeunes, avec un taux très attractif, la garantie de l’Etat et un remboursement adapté à la situation future de chacun, parait pourtant être la mieux à même de répondre aux différents objectifs d’une politique jeunesse ambitieuse : cette proposition est universelle, juste socialement puisqu’elle permet à chacun de se faire financer un projet quelle que soit son origine sociale, et réalisable rapidement.

Le «prêt autonomie » permettrait à la France de ne plus être le seul pays développé à refuser ce système qui a montré son efficacité partout ailleurs.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Consultation étudiante : tes conditions de vie et d’études

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !