L’université Marc-Bloch vers l’auto-amputation (?…)

Par UNI Archives

Le 16 octobre 2007 à 14h24

Image L’université Marc-Bloch vers l’auto-amputation (?…)

Je partage l'article

Un récent article des D.N.A. a fait état, parmi d’autres, des difficultés rencontrées par l’U.M.B. pour maintenir en place, faute de moyens financiers alloués par le ministère, vingt Master 2, actuellement financés directement par les étudiants.

Cette situation révèle de façon assez préoccupante la situation de fait des établissements universitaires, parfois contraints « d’imaginer » des frais d’inscriptions complémentaires -et illégaux- pour assurer les moyens de fonctionnement et d’encadrement de leurs diplômes de Troisième cycle.

Mais quand, en même temps, se pose la question de la valeur des formations, il faut savoir payer au juste prix équipements et enseignants !…

« En réponse à des recours en annulation devant la justice administrative, Bernad MICHON, président de Marc-Bloch [Sciences humaines], proposera au conseil d’administration de l’université de supprimer les droits supplémentaires d’inscription à vingt Masters 2 et dans la foulée, de supprimer les vingt diplômes, qui comptent plus de 1200 étudiants inscrits.

Ces vingt Masters 2 demandent des droits d’inscription supplémentaires aux étudiants, en complément des droits d’inscriptions obligatoires. Compris entre 150 et 4000€ selon les formations, ces « droits supplémentaires » sont attaqués en justice. Le Rectorat de l’accadémie de Strasbourg a engagé un recours administratif en annulation auprès du tribunal de Strasbourg pour les vingt Masters (D.N.A. du 26/09/07). L’U.N.E.F., syndicat étudiant, a fait de même pour dix-neuf de ces Masters.

En butte à ces recours, le président de l’université Marc-Bloch Bernard MICHON, veut mettre aux voix du conseil d’administration du 26 octobre « la suppression des droits supplémentaires, le remboursement des droits d’inscription déjà perçus aux étudiants qui le souhaitent et, dans la foulée, la suppression des vingt Masters pour lesquels les droits étaient demandés. » Bernard MICHON indique que ces formations ne sauraient être mises oeuvre sans financements supplémentaires. Il évalue à un million d’euros le montant des droits supplémentaires liés aux vingt Masters ciblés par les recours.

« Que faire d’autre ? Les droits perçus correspondent à des services et des prestations qui ont un coût que l’université ne peut financer autrement« , considère-t-il.

Le conseil d’administration de Marc-Bloch pourrait décider de transformer ces Masters en diplômes d’universités (D.U.) Avantage : les droits d’inscrption des D.U. ne sont pas encadrés de façon aussi stricte que les diplômes d’Etat. Inconvénient majeur pour les étudiants : il ne s’agit plus de diplômes d’Etat.

« Plus de 1200 étudiants » seraient les premiers lésés de l’affaire ainsi que, éventuellement, les personnels affectés à ces vingt Masters. Ils représentent près de la moitiés de l’offre de formation en Masters de l’U.M.B., qui propose 44 diplômes de niveau bac+5. »

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Consultation étudiante : tes conditions de vie et d’études

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !