Mardi 6 novembre 2007 : premier jour de blocage à l’université du Mirail

Par UNI Archives

Le 6 novembre 2007 à 17h35

Image Mardi 6 novembre 2007 : premier jour de blocage à l’université du Mirail

Je partage l'article

Le premier débat qui durera 1h30 porte sur l’ordre du jour. Doit-il ou non être modifié ? Après de nombreuses interventions, le vote a lieu. Pour se donner un semblant de démocratie, le bureau de l’AG (formé de militants du comité de lutte) demande à des anti-blocages de contrôler la validité du vote qui s’effectue à main levée. L’ordre du jour est voté à une majorité de 20 voix… Les trois observatrices anti-blocages quittent l’assemblée, après discussion avec l’une d’entre elles, il s’avère que les résultats ont été truqués…

Dehors un groupe s’organise et fait signer une pétition contre le blocage de la fac. Ce sont des étudiants de tous bords excédés par l’AG. En tout 750 signatures seront récoltées.

Dans l’amphi 8 l’AG se poursuit et s’éternise, on refait le monde, les interventions se succèdent, les sujets les plus divers sont abordés. Certains ne sont même pas étudiants au Mirail, ainsi un chômeur qui intervient plusieurs fois en appelant à la solidarité des étudiants avec toutes les luttes sociales. Une militante nous lit même un poème de sa composition… Le comité de lutte a choisit la stratégie du pourrissement. Enfin à 16h on passe au vote des différentes propositions : pour l’augmentation du nombre de logement étudiants et la revalorisation des bourses, pour la défense du service public et l’augmentation des postes…. On en vient même à voter pour la régularisation des sans papiers !

Enfin vient la question cruciale du blocage ou non de la fac après 6 heures de débats ! Un premier vote à main levée ne donne rien, le bureau décide donc de départager les gens en rassemblant les pro-blocages à gauche et les anti-blocages à droite ! La majorité se retrouve à gauche (près de 70% de l’amphi, leur stratégie de pourrissement a été une réussite) et le blocage est donc reconduit jusqu’au jeudi 8 novembre, date de la prochaine AG. La pétition contre le blocage de près de 750 personnes a été donnée au bureau de l’AG mais celui-ci n’en a même pas parlé. La présidente nous a même répliquée qu’une pétition n’était pas démocratique face à l’AG souveraine et qu’elle en ferait « du papier à cigarette » !

Perspectives :

La farce démocratique de l’AG d’aujourd’hui a choqué un certain nombre de personnes. Les organisateurs de la pétition se sont regroupés en comité d’action contre le blocage. Il comprend un certain nombre de gens venus d’horizons politiques très différents. Le mouvement s’oriente plutôt vers un syndicat « jaune », même si des étudiants de droite en font partie.

– Réunion prévue du comité demain mercredi 7 Novembre à 8h30 au Mirail pour discuter des modalités d’actions. Affaire à suivre.

Contact a été pris avec l’administration du Mirail par ce comité, mais le président pense qu’il est « urgent de ne rien faire ». Il envisage juste de fermer la Fac en cas de débordements.

– Un certain nombre de forums sur le net opposés au blocage datant de la crise du CPE ont été réactivés.

A suivre !

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Consultation étudiante : tes conditions de vie et d’études

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !