Réforme de l’allocation des moyens aux universités : PRIORITE A L’INSERTION PROFESSIONNELLE

Par UNI Archives

Le 16 juillet 2009 à 15h35

UNI

Je partage l'article

Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, a annoncé hier devant le CNESER (Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche), dont l’UNI est membre, que le système d’allocation des moyens aux universités, dit « Sympa », « évoluera » en 2010.

Le système de répartition des moyens à la performance et à l’activité (Sympa) remplace depuis cette année le système « San Remo », devenu obsolète, qui attribuait les financements aux universités sur des critères exclusivement quantitatifs.

Afin par exemple de prendre en compte la qualité de l’enseignement proposé, un des nouveaux critères de répartition se calcule désormais sur le nombre d’étudiants présents aux examens et non plus sur le simple nombre d’inscrits. Depuis plusieurs années, l’UNI demandait la mise en place d’un tel critère afin d’inciter les universités à mettre en place de véritables politiques d’accompagnement des étudiants et à ne plus faire gonfler les chiffres d’inscription artificiellement dans le seul but de voir sa dotation augmenter.

Lors d’une réunion organisée le 9 juillet dernier au ministère avec les organisations étudiantes, l’UNI a rappelé son attachement à ce que la part de financement se faisant sur critères de performance, qui représente aujourd’hui 20 % de la dotation globale, augmente petit à petit chaque année.

Parmi les critères de performance, l’UNI souhaite que la priorité soit donnée à l’insertion professionnelle. Il est important que la politique des universités pour favoriser l’insertion professionnelle de leurs jeunes diplômés, notamment autour des BAIP (bureaux d’aide à l’insertion professionnelle) puisse être évaluée, et que les universités soient encouragées à publier leurs taux de débouchés, ce que la loi, peu respectée sur ce point, prévoit pourtant.

L’UNI souhaite enfin que les spécificités des IUT soient mieux prises en compte dans le calcul de la dotation, en réévaluant à la hausse les coûts pour un étudiant d’IUT, les études technologiques étant plus coûteuses que pour les études en filières générales.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !

Article lié -

Exigeons le retour de la statue de Napoléon à Rouen !