Réunion avec le ministère de l’enseignement supérieur : l’UNI demande au ministère de passer aux actes

Par UNI Archives

Le 30 octobre 2020 à 18h41

Image Réunion avec le ministère de l’enseignement supérieur : l’UNI demande au ministère de passer aux actes

Je partage l'article

Dès mercredi soir, à la suite de l’allocution d’Emmanuel Macron, l’UNI, en tant qu’organisation étudiante représentative au niveau national, a demandé au Ministère de l’Enseignement Supérieur l’organisation en urgence d’une réunion en vue de faire le point sur la nouvelle fermeture des établissements d’enseignement supérieur et l’impact que cela aurait sur les étudiants.

Ce vendredi 30 octobre, nous avons pu discuter de la situation et décliner nos propositions afin de soutenir notre jeunesse pendant ce nouveau confinement. Nos propositions se déclinent en 3 grandes priorités.

• Préserver la qualité de nos formations et de nos examens pour la réussite des étudiants :

– Prévenir les bugs des plateformes numériques sur lesquelles les cours à distance vont se dérouler et assurer une véritable continuité pédagogique.
– Mettre en place des cours de soutien et des tutorats, en priorité pour les primo-entrants, afin d’éviter la catastrophe d’un échec de masse en première année.
– Mettre tout en œuvre dès maintenant pour pouvoir assurer des examens en présentiel dès le mois de décembre et ainsi éviter, comme l’année dernière, des fraudes massives qui dévalorisent nos diplômes et en font des diplômes au rabais.

• Aider les étudiants à faire face à la crise sociale

– Utiliser les fonds de la CVEC pour financer les aides d’urgence dans le cadre de cette crise sanitaire.
– Le repas à 1 euros est très largement insuffisant car il ne concerne que les étudiants boursiers présents sur les grands campus, excluant de fait les non-boursiers et les étudiants des IUT, des sites délocalisés, etc. L’UNI propose, depuis le début de la crise sanitaire, la mise en place d’un ticket restaurant étudiant qui toucherait l’ensemble de la communauté étudiante.
– Allègement des impôts pour les propriétaires louant à des étudiants ou jeunes diplômés
– Maintien des APL pour tous et ouverture de l’aide exceptionnelle de 150 euros aux étudiants non boursiers qui touchent les APL.

• Accompagner l’insertion professionnelle des jeunes dans cette crise économique

– Allègement des charges fiscales et patronales pour l’entreprise qui embauche un étudiant, un apprenti ou un diplômé de moins de 30 ans et ce pendant 2 ans.
– Créer des aides pour les étudiants qui vont perdre leur stage et/ou job.
– Si le stage ne peut plus se dérouler en présentiel, permettre et favoriser un maximum les stages à distance pour que le lien entre les entreprises et les étudiants puisse continuer à exister.

Ces propositions auraient pu être mises en place dès le mois de mars. L’UNI espère que face à cette deuxième vague, le ministère soit capable de prendre ses responsabilités et de passer enfin aux actes pour le bien des étudiants !

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Consultation étudiante : tes conditions de vie et d’études

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !