Situation tendue à Bordeaux IV

Par UNI Archives

Le 21 novembre 2007 à 21h29

Image Situation tendue à Bordeaux IV

Je partage l'article

Une AG était organisée en ce jour du 21 novembre 2007 à 12h30 sur le parvis de l’amphi Aula Magna. Or aucune affiche n’a été placardé par le Comité de mobilisation de Bordeaux IV qui accuse l’UNI Bordeaux entre autre d’avoir volontairement arraché les affiches qu’ils avaient soi-disant collé. Résultat seuls 700 étudiants sur les 12.000 que compte Bordeaux IV étaient présents à l’AG


Lors de cette AG, le Comité de mobilisation de Bordeaux IV a organisé un débat sur la loi Pécresse. Les intervenants partisans du blocage ont cité des passages de la loi en écartant systématiquement les plus importants.

En effet, certains intervenants pour avoir raison ont cité des articles en omettant de citer la totalité de ceux-ci ce qui a conduit à une véritable désinformation pour les indécis présents à cette AG !

L’UNI-Bordeaux a pris la parole pour expliquer la loi Pécresse sur les points qui font débat : renforcement des pouvoirs du Président, relations avec les entreprises, mission de service public de l’Université, etc… Difiicile d’exposer nos arguments lorsque nous, anti-blocage, nous avons un temps de parole limité que n’ont pas les partisans du blocage !

Ensuite, un vote à main levée a reconduit Bordeaux IV dans la grève, votée en AG depuis le 15 novembre. Un vote sur le blocage de Bordeaux IV a été organisé avec le contrôle des cartes étudiantes, blocage voté par 100 voix d’écart.

Tout était déjà prêt : les gauchistes avaient déjà prévu que le blocage passerait puisique tables, chaises et chaînes été déja prêtes sur le côté de l’amphi. Ils sont donc bloqué l’accès à l’Administration. Les esprits se sont rapidement échauffés car bon nombre d’étudiants hostiles au blocage sont resté devant le bâtiment de l’Administration.

A 15h30, les bloqueurs sont passés dans les amphis en disant que la fac était bloquée et qu’ils fallaient que ces étudiants, qui étaient en plein cours, vident les lieux parfois avec force. Ces étudiants, pas du tout au courant du vote de l’AG car en cours à ce moment là, ont été évacués manu militari par les bloqueurs.

Ceci a donc attisé les tensions entre bloqueurs et anti-bloqueurs qui en sont venus à plusieures reprises aux mains. La situation a vite dégénéré lorsque plusieurs anti-bloqueurs ont essayé de pénétrer avec force dans la fac. Les bloqueurs se sont barricadés à l’intérieur.

En fin d’après-midi, les CRS sont intervenu à la demande du Président de l’Université pour déloger les bloqueurs qui l’ont été avec fracas. Le PRésident a ainsi montré sa fermeté sur la question de la sécurité des étudiants et du respect des locaux. La fac reste toutefois fermée administrativement pour éviter toute regain de violence.

L’UNI-Bordeaux regrette profondément ce genre d’agissements et surtout d’en arriver à l’appel des CRS. Elle appelle tous les étudiants à se mobiliser contre les blocages et à rejoindre le Comité « Stop la grève » de Bordeaux seul légitime pour retrouver le chemin des amphis !

Thibaud, UNI-Bordeaux

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !

Article lié -

Exigeons le retour de la statue de Napoléon à Rouen !