Bac 2020 : L’UNI-Lycée demande au ministre de l’Education nationale de faire respecter l’égalité entre les candidats et de donner des précisions quant au système de notation

Bac 2020 : L'UNI-Lycée demande au ministre de l'Education nationale de faire respecter l'égalité entre les candidats et de donner des précisions quant au système de notation

Vendredi 3 avril, le ministre de l’Education nationale a annoncé lors d’une conférence de presse les modalités d’examens pour le brevet et le Bac 2020. Le ministère a décidé de supprimer les épreuves en présentiel de telle sorte que le baccalauréat sera « validé par la note obtenue dans les disciplines concernées durant les trois trimestres de l’année de terminale à l’exception des notes obtenues pendant la durée du confinement. »

La crise sanitaire que nous connaissons actuellement, l’amateurisme et l’impréparation du gouvernement, oblige le ministère à changer totalement les notations afin de maintenir artificiellement un taux de réussite au Bac à 88%.

L’obtention du bac sur la base du contrôle continu dénature pleinement le diplôme et remet en cause sa valeur. De plus, les terminales qui auraient dû être prioritaires concernant les épreuves en présentiel n’en passeront pas tandis que l’oral de français des premières est maintenu.

Les commissions d’harmonisations quant à elles posent de nombreuses questions : que vont-elles prendre en compte ? Le classement du lycée ? Les différences de notations des professeurs ? Le mérite de l’élève ? Comment un jury pourra-il évaluer « les livrets scolaires, afin de valoriser un engagement, une progression, et prendre en compte les différences de notation entre les établissements » ? Beaucoup de questions aujourd’hui sans réponses.

Les lycéens, futurs étudiants, sans épreuves écrites ne seront pas préparés à passer des partiels aux mois de décembre-janvier. Les établissements d’enseignement supérieur vont donc devoir palier à cette impréparation plus que les autres années avec un bac au rabais, qui au lieu d’accompagner les élèves au mieux vers leur future formation, ne va faire que créer un fossé encore plus grand entre la terminale et la première année dans le supérieur.

En effet, le contrôle continu représente malheureusement la dernière option envisageable suite à l’incompétence du gouvernement n’ayant pas pris la mesure de la situation à temps, préférant minimiser la gravité du COVID-19…

L’UNI-Lycée déplore cette situation et demande au gouvernement d’assumer ses erreurs en répondant au mieux et au plus vite aux différentes questions qui se posent aujourd’hui.

L’UNI-Lycée demande au ministère, dans un souci d’égalité, de permettre aux lycéens des établissements hors contrat de pouvoir eux aussi obtenir leur diplôme avant les vacances estivales. L’annonce de Jean-Michel Blanquer de leur faire passer le bac en septembre constitue une attaque contre l’enseignement libre et l’égalité qui doit régner entre les candidats. En effet, ces lycéens seront lésés dans leur orientation et leur début d’année puisqu’ils devront passer par la procédure complémentaire de Parcoursup.

L’UNI-Lycée demande une plus grande transparence et plus de précision sur les modalités d’action des « commissions d’harmonisation » et ce sur quoi elles fonderont leur jugement.

Partager cet article:
Publié par Clément Armato

Vous aimerez aussi:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement