L’UNI demande au ministère de l’enseignement supérieur de respecter le travail fourni par les étudiants en prépa !

L'UNI demande au ministère de l'enseignement supérieur de respecter le travail fourni par les étudiants en prépa !

Depuis le début du confinement les étudiants des classes préparatoires sont soumis à un stress important du fait du report des concours, de l’annulation des oraux, et dernièrement de l’annulation des khôlles.

Le 24 mars dernier, les étudiants des prépas ont appris que les épreuves orales des concours étaient annulées. La suppression de cette épreuve change les règles en cours de route et lèse les étudiants qui se sont préparés pendant deux ans, plusieurs fois par semaine et plusieurs fois par an pour réussir cette épreuve.

De plus, cela crée une inégalité entre les prépas puisque certaines privilégient l’écrit plutôt que l’oral. Autre conséquence, le fait que dans certaines écoles le coefficient de l’oral est supérieur à celui de l’écrit permet habituellement à certains étudiants, plus à l’aise à l’oral, de se rattraper.

Pourtant des solutions existent, et les prépas se sont d’ores et déjà adaptées : reporter les oraux en septembre ou les organiser en juin-juillet en visioconférence. Mais le Ministère de l’Enseignement supérieur a refusé ces deux solutions… L’argument du ministère est celui de la justice et de l’équité entre tous les candidats : où est la justice quand on empêche les candidats d’exprimer leurs talents et motivations aux oraux des écoles ? Où est l’équité pour un candidat qui se serait rattrapé aux oraux et qui, dans la situation actuelle, sera sanctionné par les seuls écrits ?

La semaine dernière, le ministère a aussi annoncé que « plus aucune heure d’interrogation ne sera rémunérée à partir du 31 mars ». De ce fait les enseignants qui assurent les khôlles ne sont plus rémunérés, et cela conduit à leur suppression, le temps du confinement.

Ces khôlles avaient bien évidemment été suspendues en présentiel dans tous les établissements. Cependant, certaines prépas ont continué de les maintenir en visioconférence. À l’heure où nos sociétés tendent vers le « tout-numérique », la solution de khôlles en visioconférence n’a rien de révolutionnaire et est à la portée de l’immense majorité.

Cette suppression des khôlles pose de vrais problèmes pour les étudiants de première année qui doivent continuer à se préparer pour leur concours. Car oui, il y aura un après à cette crise sanitaire. Et cet après, pour les étudiants, consistera à passer des concours et des oraux. Pourquoi alors les handicaper et les priver de cette préparation orale à distance ?

A l’heure où le ministère ne cesse de parler de « continuité pédagogique », il est paradoxale d’empêcher le bon déroulement des programmes des classes préparatoires.

L’UNI demande au ministère de l’enseignement supérieur de respecter le travail fourni par les étudiants en prépa et de trouver une solution pour que les oraux puissent se tenir et que les étudiants ne soient pas lésés !

Partager cet article:
Publié par Clément Armato

Vous aimerez aussi:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement