NON AUX SEMESTRES "OFFERTS"

NON AUX SEMESTRES "OFFERTS"

Pendant qu’une nouvelle journée de manifestations « de la maternelle à l’université » a lieu aujourd’hui, des étudiants sont victimes de blocages sur certains sites universitaires depuis maintenant plus de deux mois.

Alors que le mouvement se radicalise, l’idée germe chez certains grévistes « d’offrir » le second semestre aux étudiants qui n’ont pu suivre leurs cours correctement ces dernières semaines. Ainsi, l’assemblée générale réunie ce jeudi 2 avril à l’université Toulouse 2 Le Mirail a voté le principe d’annuler les examens et de valider le second semestre de l’ensemble des étudiants. Certains enseignants ont d’ores-et-déjà annoncé qu’ils ne feraient pas passer les partiels, comme cela a été évoqué par exemple à la Sorbonne Nouvelle (Paris 3) lors de l’assemblée générale du 31 mars.

L’UNI fustige cette attitude qui condamnerait gravement l’avenir des étudiants. « Offrir » le second semestre dévaloriserait les diplômes des étudiants qui en seraient victimes, et détournerait encore plus que ce n’est déjà le cas aujourd’hui les recruteurs et les étrangers des universités françaises. Avec l’image désastreuse que donnent les blocages de nos universités, la validation du second semestre sans examens serait la goutte d’eau qui ferait déborder le vase.

L’UNI appelle les présidents d’université à tout mettre en œuvre afin de rattraper tous les cours perdus et de maintenir les dates d’examens. La mise en ligne de l’ensemble des cours est une des solutions envisageables.

Afin que les blocages cessent enfin et pour exiger la reprise immédiate des cours, l’UNI va déposer des référés-liberté auprès de plusieurs tribunaux administratifs, comme à Marseille, Bordeaux ou Poitiers.

Partager cet article:
Publié par Rémi Martial

Vous aimerez aussi:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement