Strasbourg

Situation dramatique des bacheliers et des étudiants après le confinement...

Partager cet article:
Situation dramatique des bacheliers et des étudiants après le confinement...

La sortie des bacheliers automatiques et des étudiants et élèves du Supérieur après le confinement a révélé une situation bien préoccupante pour eux.

La délivrance quasi automatique du baccalauréat 2020 ramène le diplôme au rang de joli papier d’emballage cadeau, car il ne sanctionne plus aucune compétence ni niveau maîtrisés par le récipiendaire. Les établissements supérieurs français désireux de vérifier le niveau réel de leurs nouveaux étudiants ou élèves en 2020-2021 devront ausculter les relevés de notes des trois dernières années d’enseignement scolaire, de manière encore plus approfondie qu’elles ne le faisaient déjà. Les établissements étrangers, désireux de maintenir le sérieux et l’intérêt de leurs formations, ont déjà mis en place des procédures nouvelles d’évaluation du niveau des jeunes Français intégrant leurs rangs. La sélection par la langue ou les mathématiques, ou l’élévation du niveau des concours d’entrée, ont par exemple été entérinés par les universités allemandes et suisses.

Les formations en alternance ou l’apprentissage ont souffert de la mise sous l’éteignoir de l’activité économique : rupture des contrats, suspension des conventions de stages, remise en cause des recrutements de fin d’études, fin des accords entre les branches professionnelles et les établissements d’enseignement se sont multipliés, évidemment à cause de l’arrêt général de l’économie, mais surtout car les secteurs pourvoyeurs de stages et d’emplois alternés sont justement ceux qui ont été principalement touchés par la thrombose économique. La remise en cause du recrutement des étudiants en CDD pour la période estivale ou les habituels jobs d’appoint plonge les très nombreux jeunes dans des situations économiques plus que précaires voire catastrophiques, mettant en jeu la continuation même de leurs études et un retour au sein des familles vécu comme un traumatisme.

Cette dégradation de la situation économique des étudiants a pour conséquence de rendre difficile le logement ou le relogement des étudiants, aux moyens financiers soudainement disparus. La période estivale au cours de laquelle les étudiants cherchent à se loger sera particulièrement difficile, sans les moyens obtenus grâce aux emplois étudiants et avec des organismes de cautionnement débordés par les demandes de garantie locative type VISALE.

La jeunesse est ainsi la première catégorie de Français touchée par la crise économique et sociale créée par la pandémie. Notre Mouvement concentrera ses campagnes à venir sur Ces questions et orientera son travail de terrain vers l’aide aux jeunes en difficulté.

Partager cet article:
Publié par Philippe Morel

Adhérent depuis 1998.

Vous aimerez aussi:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement

Engagez-vous !

Mobilisez-vous et mobilisez autour de vous pour faire gagner les valeurs de la famille, du travail, de l'excellence et du mérite J'adhère Je donne