« plan jeunes » : 6,5 milliards d’euros pour des emplois aidés sans aucunes réformes de fond

« plan jeunes » : 6,5 milliards d'euros pour des emplois aidés sans aucunes réformes de fond

Ce jeudi 23 juillet, le premier ministre Jean Castex a dévoilé le fameux « plan jeunes » qui était attendu avant l’été. Ce dernier prévoit une dépense de 6,5 milliards d’euros de la part de l’Etat, ceci sur deux ans, pour tenter de sauver les meubles et palier aux effets néfastes de la crise économique et sociale sur l’embauche des jeunes.

En regardant dans le détail cet argent ne financera que très peu d’emplois dans le secteur privé et sera essentiellement consacré à des « emplois aidés » pour le secteur public. Les deux seules aides intéressantes sont l’aide aux entreprises de 4 000 euros pour tenter d’arriver à avoir 450 000 embauches de jeunes de moins de 25 ans d’ici janvier 2021 et l’objectif d’avoir 230 000 contrats d’apprentissage.

Tous les autres systèmes mis en place relèvent surtout des vieilles recettes consistant à créer des emplois aidés avec de la dette et de l’argent public. C’est le cas des 300 000 « parcours d’insertion », comme des 100 000 places supplémentaires pour le service civique. Ces mesures n’offrent aucunement de véritables débouchés professionnels ni un processus d’insertion au jeune diplômé. Ces « emplois aidés » ne serviront qu’aux collectivités territoriales et aux associations, le tout financé par l’Etat. L’objectif de ces emplois n’étant pas d’insérer professionnellement les jeunes mais d’essayer, pour le candidat Macron, d’avoir un chômage des jeunes « correct » avant 2022.

Enfin les 100 000 contrats de professionnalisation n’ont pour l’instant aucune signification et personne ne sait quel sera leur utilité.

L’UNI déplore l’effet d’annonce de ces mesures qui ne sont là que pour répondre à la crise. Le Président Macron n’ayant pris aucunes mesures ni réformes depuis le début de son quinquennat concernant la formation et l’emploi des jeunes.
Au-delà de ces mesures d’urgence, notre pays a réellement besoin de réformes structurelles, la situation catastrophique de l’emploi des jeunes montre encore une fois que l’insertion professionnelle de nos jeunes n’est pas la priorité de ce gouvernement.

L’UNI appelle le gouvernement à engager des réformes de fonds afin de permettre à chaque jeune de trouver un emploi en corrélation avec ses qualifications. Pour cela il faut traiter le problème à la racine :
-  en actant une refonte totale de notre système éducatif et de notre système d’orientation,
-  en mettant fin au nivellement par le bas dans l’éducation nationale,
-  en permettant aux diplômes de retrouver une vraie valeur,
-  en professionnalisant les études,
-  en développant davantage l’apprentissage dès le plus jeune âge comme cela se fait chez nos voisins européens,
-  en diminuant les charges dans les entreprises afin d’encourager les embauches
-  en revalorisant les filières manuelles et professionnelles,
-  en développant les accords entre les universités et les entreprises

Partager cet article:
Publié par Jacques Smith

Vous aimerez aussi:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement