L’UNI LYCEE souhaite que le débat national sur les lycées permette de préciser certaines des mesures annoncées par Richard Descoings.

L'UNI LYCEE souhaite que le débat national sur les lycées permette de préciser certaines des mesures annoncées par Richard Descoings.

Mardi 2 juin, le Président de la République Nicolas Sarkozy a souhaité que s’ouvre un grand débat national autour « des préconisations sur la réforme du lycée » que lui a présenté Richard Descoings. Il a, par ailleurs, rappelé que l’objectif est une entrée en vigueur de tout ou partie de ces mesures dès la rentrée 2010 ».

L’UNI-Lycée partage la volonté du Président de la République d’aboutir rapidement à des mesures concrètes. Il y a désormais urgence ; la réforme du lycée est plus que jamais une nécessité pour lutter contre l’échec scolaire et les erreurs d’orientation qui, trop souvent pénalisent durablement les élèves qui en sont victimes.

Certaines des pistes avancées au mois de janvier par l’UNI-Lycée à l’occasion de « sa convergence nationale » sont aujourd’hui reprise dans le rapport de Richard Descoings, comme la nécessité de revoir les emplois du temps pour alléger le rythme scolaire, d’améliorer l’apprentissage des langues à l’oral et d’éviter la sacralisation de la filière S pour « rééquilibrer les différentes filières ».

Sur cette dernier point, l’UNI-Lycée partage le diagnostic proposé par le rapport mais demeure sceptique sur les solutions proposées, notamment la mise en place « d’objectifs chiffrés » ce qui s’apparenterait à une politique de quotas, pour le recrutement d’élèves de bac technologiques et professionnels au sein des IUT.

Sur l’orientation, dont l’UNI-Lycée avait fait sa priorité, les préconisations du rapport reprennent certaines de nos propositions comme la multiplication des rencontres avec des étudiants et des professionnels, la mise en place de parrainages, la possibilité pour des lycéens d’assister à des cours à l’université ….

L’UNI lycée espère que le grand débat annoncé aujourd’hui par le Président de la République permettra de préciser certaines mesures et de corriger certaines lacunes comme celle de la mise en place d’une politique ambitieuse en faveur du soutien scolaire. En effet, la proposition de Richard Descoings visant à ce que les heures d’accompagnements scolaires soient généralisées à tous les lycéens, risque de conduire à un éparpillement des moyens alors qu’il faut aujourd’hui concentrer les moyens sur les élèves les plus en difficulté.

Partager cet article:
Publié par Olivier Vial

Président de l’UNI et chercheur au CERU - Centre d’études et de recherches Universitaires. Auteur de "L’école malade de l’égalitarisme", et de "Radicalisation islamiste, la jeunesse prise pour cible" (à Paraître Octobre 2016)
- Ancien membre du Comité consultatif auprès du Haut Conseil de l’Education - HCE.
- Il contribue au site Atlantico et Figaro Vox.

Vous aimerez aussi:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement