Actualités

Le logement reste le premier problème des étudiants

Partager cet article:
Le logement reste le premier problème des étudiants

A l’approche de la rentrée, 35 %* des étudiants rencontrent de réelles difficultés pour trouver un logement décent et abordable. C’est à Paris que la situation est la plus critique, notamment en raison de l’insuffisance de l’offre d’hébergement CROUS (3 135 logements pour un peu plus 296 000 étudiants inscrits dans le supérieur).

Dans le cadre du plan Anciaux, les pouvoirs publics ont investi pour construire et réhabiliter des logements CROUS. Après 5 ans, on ne peut que constater que ces efforts n’ont pas permis d’améliorer sensiblement la situation du logement des étudiants. Cela reste la première difficulté rencontrée par les étudiants. En effet, chaque année, près de 1 400 000 étudiants doivent se loger hors du domicile de leurs parents. L’offre proposée par les CROUS (157 000 logements) ne permet de couvrir qu’un peu plus de 11 % de cette demande.

Pour améliorer réellement la situation des étudiants, les politiques publiques doivent désormais sortir de leur logique 100% CROUS. Ces politiques ont montré leur incapacité à proposer des solutions à la hauteur des besoins, malgré des moyens en hausse ces dernières années.

C’est pourquoi l’UNI demande à Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, de poursuivre la diversification de l’offre de logements étudiants en privilégiant les solutions innovantes, comme la construction de logements modulaires en conteneurs, la réhabilitation des casernes militaires, le développement de la colocation (notamment au sein du parc des offices HLM).

La création et la gestion des logements étudiants doivent, par ailleurs, être confiées à d’autres acteurs que les CROUS. Les collectivités territoriales doivent jouer un rôle plus important en la matière. Malheureusement, toutes ne jouent pas le jeu. Si l’on peut se féliciter du volontarisme et de l’action du conseil général des Hauts de Seine et de la communauté des Hauts de Bièvre dans le dossier de résidence universitaire d’Antony, on ne peut que regretter le retard pris par la région Ile de France dans l’élaboration de son schéma directeur du logement étudiant.

Les universités doivent, elles aussi, devenir un acteur du logement étudiant

Après avoir délaissé durant des décennies le dossier du logement étudiant, laissant les CROUS gérer seuls un dossier primordial, les universités doivent désormais prendre au plus vite leurs responsabilités. Pourquoi les campus français devraient rester les seuls où les universités ne s’occupent pas du logement de leurs étudiants ?

Les constructions en cours de nouveaux logements modulaires, que ce soit en conteneurs au Havre ou en préfabriqué en bois à Compiègne, sont des signes positifs qui démontrent que les mentalités ont évolué, mais ces projets sont malheureusement loin d’être suffisants. Les autres universités doivent suivre ces exemples.

L’UNI, qui sera reçue la semaine prochaine par Valérie Pécresse, en profitera pour lui faire part de la nécessité d’inciter d’avantage les universités à se saisir du dossier du logement étudiant.


*Chiffre de la dernière enquête de l’observatoire de la vie étudiante OVE – 20 questions sur la vie étudiante, la documentation française, 2007.

Partager cet article:
Publié par Rémi Martial

Vous aimerez aussi:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement

Engagez-vous !

Mobilisez-vous et mobilisez autour de vous pour faire gagner les valeurs de la famille, du travail, de l'excellence et du mérite J'adhère Je donne