L’UNI apporte un soutien juridique aux étudiants non grévistes et lance des pétitions contre les blocages d’universités.

L'UNI apporte un soutien juridique aux étudiants non grévistes et lance des pétitions contre les blocages d'universités.

Depuis ce matin, plusieurs mouvements de gauche et d’extrême gauche, ont décidé de prendre les étudiants des universités de Nanterre (Paris 10) , Jussieu (Paris 6 et Paris 7) et Paris 1 (Tolbiac) en otage, en multipliant les débrayages d’amphithéâtres, les intrusions dans les TD et les piquets de grève. Ce coup de force n’est en fait que le produit d’organisations qui visent à instrumentaliser le débat autour du CPE à des fins politiciennes.

L’UNI (droite universitaire) condamne ces méthodes souvent violentes qui perturbent la vie des universités et empêchent les étudiants de suivre leurs cours.
L’UNI dénonce aussi la campagne de désinformation des plus hypocrites menée par ces activistes qui multiplient les mensonges et les contrevérités sur le CPE.

L’absence de représentativité des assemblées générales qui se sont tenues aujourd’hui dans ces universités afin de décider de la suite à donner au mouvement, les rend parfaitement illégitimes. Comment accepter qu’une poignée d’étudiants (environ 200 étudiants par université) empêchent plusieurs dizaines de milliers (41 000 étudiants à Paris 1, 31 000 étudiants à Paris 6, 29 000 à Paris 7 et plus de 34 000 à paris 10) d’étudiants non grévistes de poursuivre leurs études dans de bonnes conditions ? Ces blocages menacent le déroulement du second semestre qui est pourtant le plus important pour tous ceux qui désirent passer des concours ou se réorienter.

L’UNI rappelle aux présidents de ces universités qu’ils sont responsables de la sécurité sur leur campus et nous les appelons à prendre toutes les mesures qui s’imposent pour que les étudiants puissent reprendre le chemin des cours dans les meilleures conditions.

L’UNI fournit sur son site internet www.uni.asso.fr, une assistance juridique à destination des étudiants non grévistes qui sont les victimes des exactions de groupuscules de gauche et d’extrême gauche et lancent des pétitions contre le blocage des universités.

Partager cet article:
Publié par Olivier Vial

Président de l’UNI et chercheur au CERU - Centre d’études et de recherches Universitaires. Auteur de "L’école malade de l’égalitarisme", et de "Radicalisation islamiste, la jeunesse prise pour cible" (à Paraître Octobre 2016)
- Ancien membre du Comité consultatif auprès du Haut Conseil de l’Education - HCE.
- Il contribue au site Atlantico et Figaro Vox.

Vous aimerez aussi:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement