Les propositions de l’UNI au cœur du projet de loi sur l’autonomie et la gouvernance des universités

Les propositions de l'UNI au cœur du projet de loi sur l'autonomie et la gouvernance des universités

Aujourd’hui, mardi 19 juin 2007, dans le cadre de la concertation sur la réforme de l’autonomie des universités, le groupe de travail chargé des questions liées à la réforme de la gouvernance s’est réuni, pour la dernière fois, au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. C’est à cette occasion que le texte du projet de loi a été dévoilé pour la première fois à l’ensemble des participants.

L’UNI (droite universitaire) se réjouit de retrouver dans cette première mouture un certain nombre de ses propositions qu’elle avait avancé jusqu’à présent dans le cadre de la concertation.

Un conseil d’administration resserré qui gagnera en efficacité

Parmi celles-ci figure notamment l’élaboration d’une profonde redéfinition de la taille et des domaines de compétence des conseils d’administration des universités.

Le texte présenté aujourd’hui prévoit, en effet, que le CA de chaque université soit désormais restreint à 20 membres afin d’en faire un organe décisionnel beaucoup plus performant. Celui-ci verra ainsi « ses responsabilités et ses compétences élargies en matière budgétaire et de gestion des ressources humaines ».

Cela offrira notamment à chaque président d’université la possibilité de « recruter sur les ressources propres de l’établissement, des agents contractuels pour occuper des emplois, permanents ou non », d’obtenir une totale dévolution de la gestion du patrimoine immobilier de leur établissement et de diversifier davantage leurs sources de financement par le biais des « legs, donations et fondations ».

Par ailleurs le principe de récompense au mérite pourra dorénavant être instauré dans chaque université volontaire grâce à « des dispositifs d’intéressement permettant d’améliorer la rémunération des personnels ».

Trouver au corps des usagers la meilleure place possible

L’UNI souhaiterait toutefois que la place et le rôle accordés à la représentation étudiante par ce projet de loi soient sensiblement améliorés. Le CEVU doit en effet devenir à terme un véritable conseil étudiant qui traitera en priorité des problématiques étudiantes : modifications des maquettes des diplômes, ouvertures et fermetures de certaines filières, fixation des horaires d’ouverture des bibliothèques, etc…

Pour l’UNI la présence de seulement trois élus étudiants au sein des conseils d’administration des universités ne permettra pas de respecter de manière juste et efficace la diversité de l’opinion étudiante. Celle-ci ne pourra être renforcée que dans le cadre d’un CEVU dont le nombre de représentants étudiants serait porté de 20 à 25 membres.

Partager cet article:
Publié par Alexandre

Vous aimerez aussi:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement