Les étudiants ont posé un lapin à l’UNEF

Les étudiants ont posé un lapin à l'UNEF

Cela fait plus d’un mois que l’UNEF avait donné rendez-vous aux étudiants pour manifester aux côtés des fonctionnaires le 20 novembre : cela devait être une journée test pour la mobilisation étudiante.

Au vu du nombre d’étudiants parmi les cortèges de manifestants, on ne peut que constater l’échec. A Paris, par exemple, moins de 2000 étudiants ont manifesté sur les 350 000 étudiants que comptent l’Ile-de-France, ce qui représente à peine plus de 0,5 % des étudiants des académies concernées.

Comment accepter qu’une si faible partie des étudiants paralyse et bloque autant d’universités ? Comment accepter que des universités où les étudiants se sont démocratiquement et très majoritairement prononcés contre les blocages soient encore aujourd’hui bloquées par quelques poignées d’individus souvent très violents ( comme c’est le cas à Rennes 2 et Paris 1) ?

L’UNI appelle les Présidents d’université à faire preuve de fermeté et à prendre toutes les mesures qui s’imposent (contrôle des cartes d’étudiants, sanctions disciplinaires contre les étudiants bloqueurs, renforcement de la sécurité sur les campus …) pour permettre la reprise des cours dans les meilleurs délais. A défaut de décisions allant dans ce sens, l’UNI multipliera les recours devant les tribunaux administratifs, comme elle l’a déjà fait à Angers et à Paris contre le Président de l’université Paris 1.

Par ailleurs, l’UNI appelle l’UNEF à prendre ses responsabilités et à condamner les blocages avant qu’un drame n’arrive.

Partager cet article:

Chargée des relations avec la presse

Vous aimerez aussi:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement