L’UNI satisfaite du décret sur les stages, demande maintenant aux universités de mettre en place des bureaux des stages.

L'UNI satisfaite du décret sur les stages, demande maintenant aux universités de mettre en place des bureaux des stages.

Alors qu’un décret relatif à la gratification des stages doit être publié dans les prochains jours, Xavier Bertrand, ministre du Travail, apportait hier à la Question d’Info de France Info quelques précisions sur le sujet.

Désormais, les étudiants qui passent plus de trois mois en stage dans les entreprises devront nécessairement être payés au moins un tiers du SMIC. Pour les entreprises, il y aura une franchise des cotisations à hauteur de ces 30% du SMIC, c’est-à-dire que l’entreprise n’aura pas de charges à payer, c’est l’état qui en fera la compensation. Jusqu’à présent, les gratifications n’étaient pas obligatoires et les entreprises versaient moins de 30% du SMIC (montant de l’exonération des stages), on ne peut que se réjouir que le maximum d’hier devienne le minimum d’aujourd’hui.

L’application de ce décret sur la gratification doit constituer la première étape d’une vraie politique de stage. L’UNI rappelle qu’un stage est une formation permettant d’acquérir de nouvelles compétences professionnelles ou de mettre en application des compétences acquises. Cette expérience est largement plébiscitée par les étudiants.

Alors que la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, s’est engagée à généraliser les stages en licence, l’UNI demande à ce que les universités mettent en place des bureaux des stages afin de mutualiser les offres de stage. En effet, les difficultés que rencontrent les étudiants pour trouver un stage constituent le premier problème.

L’UNI défendra ses positions lors du comité STAPRO qui devrait aborder ce sujet cet après-midi.

Partager cet article:

Chargée des relations avec la presse

Vous aimerez aussi:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement