Paris 10 - Nanterre

La démocratie façon Gaucho

Partager cet article:
La démocratie façon Gaucho

AG.
Assemblées Générales.
Deux mots, doux mots pour les syndicats de gauche et d’extrême gauche. Ce mot, est pour eux, le seul moyen d’exister.
UNEF, en tête, et autres le pratiquent et en abuse beaucoup. Tellement, que ça pourrait être inscrit dans le programme de la Fac :

" Tous les mardi 12h30 : option AG pour les gauchos."

L’UNEF, qui est la maison mère de "Gaucho&Co", possède énormément de filiales : SNEsup ; SNAsub ; LCR/JCR ; AGEN ; CNT ... Enfin, toutes les combinaisons que vous pouvez faire avec les lettres de l’alphabet pour créer un syndicat de minorité hurlante sont présentes dans Gaucho&Co.
(Sauf l’UNI, et heureusement !).
Il y en a tellement que je ne sais même pas
comment ils font pour s’y retrouver. On peut noter tout de même que les filliales essayent, en se radicalisant, de s’émenciper de la maison mère, mais celle-ci pour leur faire plaisir radicalise ses positions.

La rentrée universitaire à Nanterre a montré l’orgueil démesuré de l’UNEF :
Limite l’inscription universitaire ne se fait pas sans inscription à l’UNEF. A quand l’inscription groupé ? (et même obligatoire !). Les journées d’inscription se font avec une omniprésence de ce syndicat :
des affiches partout et un stand avec beaucoup de militant devant
pour montrer que c’est EUX la "force de l’université".
Pour pousser encore plus loin la blague et l’illusion de cette soit disant force. On a même le droit à une distribution de tracts à l’entrée de l’amphi le jour de la pré-rentrée, avec en bonus une intervention à la fin
pour nous dire que l’on va nous faire visiter le campus.

VISITE DU CAMPUS OU TENTATIVE D’EMBRIGADEMENT ?

Bref reparlons des AG. Les premiers jours de ma rentrée universitaire,
qui voit-on débarquer deux jours de suite dans l’amphi où mes cours se déroulent ?
Je vous le donne en mille : l’UNEF !
Tout cela pour nous annoncer que pour les gauchos, l’option AG commence la semaine d’après. En oubliant pas de nous rappeler qu’il faut qu’on se mobilise contre le gouvernement, pour les non-inscrits, pour les sans-papiers, contre la loi sur l’autonomie des universités, contre le service minimum, etc , la liste est tellement longue
qu’à la fin on ne sait même plus pourquoi aller en AG !

A moins qu’en énumérant beaucoup de causes susceptibles d’êtres contestées par les étudiants, il y aura plus de monde en AG pour ainsi essayer de créer l’illusion d’une légitimité.

L’AG arrive et là, tout se confirme.

L’UNEF prend de haut ses acolytes d’extrême gauche en se prônant
officieusement "maîtres de cérémonie".
D’ailleurs toute la recette de cette récupération politique est
expliquée par un document interne de l’UNEF :
"-[...]faire une réunion spéciale de préparation de l’AG [...] pour se répartir les rôles, les interv’[...]
- La tribune [...] est un outil technique important pour le bon déroulement de l’AG [...].
Sa fonction est d’organiser les débats. Il faut donc absolument que UNEF y soit représentée et même majoritaire si possible.
Le président de séance : le mieux c’est que ce soit la personne de l’UNEF. Il est fondamental que cette personne sache s’imposer,
[...] qu’elle sache où elle veut arriver à la fin de l’AG, qu’elle connaisse parfaitement la tête de toutes les autres forces,[ voir même qu’elle conaisse les résultats du vote au début de la séance,...]
(Limiter dès le début le temps d’interv’ pour tous et intercaler un mec UNEF et autres forces mais sans que cela soit visible). Pour aider le "camarade" qui tient la présidence, il faut absolument un ou deux cadres qui soient chargés de gérer la salle,
faire intervenir les camarades pour que l’UNEF ou des proches UNEF interviennent dans notre sens, aller parler aux gauchistes
ou droitiers pour les occuper et minimiser leur prise de parole. - [...](La) Caisse de mobilisation : Composée si possible d’un militant de l’UNEF et d’un étudiant lambda
(ce qui empêche que l’on accuse l’UNEF de quoi que ce soit) , elle s’occupe de récupérer de l’argent pour la grève, et d’autoriser les dépenses. "

Alors que l’UNI est plus préoccupée par la vie étudiante que par l’organisation d’AG, l’UNEF cherche sa légitimité dans les AG et tente par la même d’imposer son diktat sur le monde universitaire. Ces AG ne sont que pur manipulations, dangereuses pour la poursuite de nos études.

Partager cet article:

Vous aimerez aussi:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement

Engagez-vous !

Mobilisez-vous et mobilisez autour de vous pour faire gagner les valeurs de la famille, du travail, de l'excellence et du mérite J'adhère Je donne