La Rochelle

Appel à la grève contre la LRU et réaction d’un pseudo-anar...

Partager cet article:
Appel à la grève contre la LRU et réaction d'un pseudo-anar...

"Bonjour à tous
Demain, Mardi 6 novembre, AG sur l ?autonomie des universités à 13h dans l’amphi 400 :
Je mets à disposition un tract pour comprendre davantage la nécéssité de venir à ce
rendez-vous.
N’hésiter surtout pas à imprimer ces tracts en plusieurs exemplaires pour les distribuer"

Exemplaire du tract :

Contre la privatisation de l’Université de La Rochelle on se mobilise ou on attend la fermeture ?

Nous, étudiants de l’université de La Rochelle réunis en comité de mobilisation appelons l’ensemble des étudiants de La Rochelle à une Assemblée Générale le Mardi 6 Novembre à 13H AMPHI 400 Flash pour l’abrogation de la LRU et discuter ensemble d’une mobilisation sur La Rochelle.

La LRU c’est :
- Augmentation des frais d’inscription
- Sélection à l’entrée pour les néo-bacheliers
- Un Président de l’université tout-puissant
- Plus de patrons et moins d’étudiants au CA de l’université

ABROGATION DE LA LRU
(loi dite « Libertés et Responsabilités des Universités)

Depuis quelques semaines partout en France des étudiants se mobilisent et sont, pour certaines, déjà en grève : Toulouse, Rouen, Paris I, Rennes, Aix-Marseille...

AG MARDI 6 NOVEMBRE 13H EN AMPHI 400 A LA FLLASH

Venez nombreux, vous, étudiants, acteurs de l’université

Réponse de l’anarchiste rochelais, qui visiblement aime à se comparer avec les pêcheurs en grève :

A cette heure ou les marins-pécheurs terminent le blocage du port de La Rochelle
(remarque ils se sont peut-être dégonflés depuis...), on entend encore certains étudiants
vanter la France d’après...en cette rentrée, ils semblent cependant moins nombreux. Et
tant mieux. Parce que le discours "tout va bien, faites nous confiance", il y en a ras le
cul. Du foutage de gueule en bonne et due forme, propagé par ceux qui veulent être calife
à la place du nabot ; et cautionné par ceux qui se contentent des miettes certes
généreuses que les usurpateurs aux pouvoirs daignent nous jeter à la figure, en ne
voilant même pas les vomissures que nos droits leurs inspire.

Que dire des mouvements en cours ? Les internes, les médecins, les cheminots, les
marins-pecheurs, les secteurs de l’énergie, celui du spectacle, et j’en passe ; au passage
plaçons-en quand même une en la mémoire des suicidés de chez Renault, et de ceux
d’ailleurs. J’en oublie probablement, mais ce que je veux dire, c’est que si ces gens se
manifestent, ce n’est que pour rien d’autre que pour faire chier le mec peinard qui se
rend a son boulot ( de merde encore trop souvent ). Ce n’est ni pour défendre des droits,
et encore moins des valeurs fondées sur la solidarité. Ce n’est pas non plus pour
résister aux doctrines économiques qui font de nous des merdes jetables au moindre
travers ; non : si ces mecs s’exposent ainsi aux foudres de l’opinion qui s’estime prise
en otage ; ce n’est que dans le but d’em.....r le monde, bien évidement.

Aussi, dans cette logique d’emm....r le monde, et uniquement dans cette logique, il me
semble capital que les étudiants s’y mettent aussi. Bien évidement, on peut attendre que
la mobilisation contre la réforme de universités ( le torchon dénommé LRU ) soient
orchestrée par les administratifs eux-mêmes, comme c’est le cas dans les autres facs
bloquées, quitte a ce qu’ils se fassent prendre à leur propre piège de briseurs de
mouvement social. On peut aussi attendre cette fameuse BANALISATION qui nous avait été
tendrement octroyé a La Rochelle pendant le CPE (en nous ricanant au nez tellement ils
croyaient que la mobilisation s’éteindrait à la rentrée de février) afin de pouvoir aller
en Assemblée Générale. On peut aussi attendre de fermer comme certains tracts le
rappellent, allons, allons, nous ne sommes que des fieffés alarmistes (manipulés par
"l’extreme gauche" - qui malheureusement se masturbe tendrement sur ses 4% de printemps
quand elle ne s’oppose pas à l’action directe) après tout...

On peut surtout regarder la gueule des profs et des personnels ( et de certains de nos
parents parfois ) soumis à leur hiérarchie, tellement contents de venir a leur boulot le
matin. Les premiers, blasés comme ce n’est pas permis préfèrent passer leur temps à se
foutre sur la gueule (aimez-vous les uns les autres qu’y disaient), a se faire des
hypocrisies et tout le tintouin en se foutant bien de nos gueules. Quand aux seconds, on
dirait qu’ils ne croient plus en rien tellement le "prestige" ( qui ne vaut que par ceux
qui se soumettent à sa reconnaissance) des premiers auquel ils n’ont pas eu droit les
rend aigris : à la fllash, c’est excès de zèle sur excès de zèle. Que c’est beau, la
guérilla corporatiste, le sens du devoir etc. Ces majorités occultent néanmoins des
individualités beaucoup plus humaines, comme pour tout.

On doit surtout leur dire merci pour le monde pourri auquel il ne croient plus et dont
ils nous font si généreusement cadeau ; et ce en le leur mettant en pleine face. Et vu
qu’il n’y a toujours pas d’alternative politique à la facilité (incarnée par cette droite
et concrétisée par le chacun-pour-soi et la loi du plus fort), à vous de l’inventer
maintenant sur les ruines du paternalisme autoritaire qui dure depuis toujours. Sinon, on
est repartis pour des grèves égoïstes et archaîques motivées par l’avidité de certains.
La plaie, elle n’a pas changée : ce sont les pouvoirs centralisés et concentrés entre les mains de vautours qui font qu’on ne doit rien attendre d’eux. Avis aux amateurs. Il n’y aura pas de paix tant que cette répartition subsistera.

Et qu’on ne me taxe pas d’être anarchiste. Je reconnais plusieurs souverainetés,
notamment celle des personnes concernées exprimées directement.

Remember : Big brother is watching you. ( Film" 1984" de George Orwell )

C’est l’histoire d’une société qui tombe d’un immeuble de 40 étages. Tout au long de sa
chute, elle se répète : " Jusqu’içi tout va bien, jusqu’içi tout va bien, jusqu’ici tout
va bien." Mais l’important, c’est pas la chute : c’est l’atterrissage. ( Film "La haine"
de Mathieu Kassovitz)

Le nationalisme, c’est la guerre. ( ? )

Tout étudiant surpris se rendant à l’AG du mardi 6-11 a 13 heures en amphi 400 à la
FLLASHS sera abattu sans sommation ( PDU ).

Mardi 6 novembre 2007, entre 20 et 25 personnes se sont réunies à la Fac des Lettres et Sciences Humaines sous les mêmes mots d’ordre qu’en 2006 et en 2003 : Non à la fermeture de l’université de la Rochelle !

Partager cet article:
Publié par Mathieu M

Vous aimerez aussi:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement

Engagez-vous !

Mobilisez-vous et mobilisez autour de vous pour faire gagner les valeurs de la famille, du travail, de l'excellence et du mérite J'adhère Je donne