La situation des étudiants boursiers s’améliore. Qu’en est-il des classes moyennes ?

La situation des étudiants boursiers s'améliore. Qu'en est-il des classes moyennes ?

Aujourd’hui, lundi 7 juillet 2008, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, a annoncé une revalorisation de 2.5% de toutes les bourses sur critères sociaux à la rentrée.

Dorénavant, un étudiant ayant une bourse à échelon 6 voit sa bourse augmenter de près de 100 euros.

De plus, l’accès à ces bourses est facilité. Désormais, les étudiants dont le revenu cumulé de la famille est inférieur à 21 000 euros seront éligibles aux bourses. Cette augmentation, dans la continuité de la valorisation des bourses entreprise en 2007, va permettre d’aider un plus grand nombre de personnes issues de milieux modestes.

L’UNI se félicite de cette annonce et appelle le gouvernement à s’intéresser à la situation des étudiants issus des classes moyennes. Ces derniers voient depuis plusieurs années leur situation se dégrader en raison principalement de la hausse des loyers. Le système d’aides sociales français est très mal adapté à ce public. Afin de répondre à leurs problèmes, des réformes devront être engagées dans trois directions :

- le logement qui constitue la principale dépense des étudiants. Il convient d’augmenter et de diversifier l’offre de logements. De nouveaux acteurs (universités, collectivités locales, professionnels du logement) en plus des CROUS doivent pouvoir gérer des parcs de logements destinés aux étudiants.

- La création de prêts étudiants. Le Président de la République avait dans un discours soutenu ce projet : le 14 janvier 2007, il a déclaré- « Vous aurez le droit d’emprunter à taux zéro avec la garantie de l’Etat pour financer votre projet personnel et vous commencerez à rembourser cet emprunt à partir du moment où vous aurez obtenu votre premier emploi ». Cette réforme doit être mise en œuvre sans attendre.

- une offre plus diversifiée dans la restauration étudiante. Les restaurants universitaires répondant en effet de moins en moins aux attentes des étudiants, l’UNI propose la création « d’un ticket de restauration étudiante » qui fonctionnerait de la même manière que les tickets utilisés par les salariés d’entreprises.

L’UNI alertera la ministre sur ces trois points lors d’une rencontre prévue le 24 juillet prochain.

Partager cet article:
Publié par Olivier Vial

Président de l’UNI et chercheur au CERU - Centre d’études et de recherches Universitaires. Auteur de "L’école malade de l’égalitarisme", et de "Radicalisation islamiste, la jeunesse prise pour cible" (à Paraître Octobre 2016)
- Ancien membre du Comité consultatif auprès du Haut Conseil de l’Education - HCE.
- Il contribue au site Atlantico et Figaro Vox.

Vous aimerez aussi:

4 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement