Dijon

Lu dans le BP le 01/04/09

Partager cet article:
Lu dans le BP le 01/04/09

Faculté droit-lettres
Le blocage fait grincer les dents

Suite au blocage du bâtiment droit-lettres de l’uB lundi, suivi dans la soirée du blocage du bâtiment AAFE et de l’amphithéâtre Galilée hier, la présidente de l’université de Bourgogne, Sophie Béjean, a transmis un communiqué à l’ensemble de la communauté universitaire (à lire in extenso sur le site www.u-bourgogne.fr), réaffirmant ses positions : « Dans le contexte de ce mouvement, comme en d’autres occasions, j’ai tenu à faciliter l’exercice du débat démocratique au sein de notre université, en me rendant disponible pour des échanges (…)
Aujourd’hui pourtant, je condamne le blocage du bâtiment droit-lettres. Ce mode d’action conduit à fermer l’université et empêche étudiants et personnels d’accéder aux locaux où ils peuvent habituellement travailler, étudier, mais aussi s’informer et débattre. (...)
La crédibilité du mouvement de la communauté universitaire passe par le respect des valeurs auxquelles nous croyons. (...)
Des modes d’action peuvent être trouvés pour affirmer l’ambition que nous portons pour notre université, sans la fragiliser et sans pénaliser les étudiants. (...) C’est pourquoi j’en appelle à tous pour lever le blocage. »
Du côté des étudiants
De son côté, Génération Campus, 1re structure étudiante de Bourgogne, communique par la voix de son président, Paulin Lacour, et « rappelle sa position contre la loi LRU et contre toutes formes de blocage et maintient son souhait de voir s’engager une vraie réforme de l’université. »
Cependant, « le blocage de l’université, décidé par une majorité peu claire de quelques centaines d’étudiants, sur les 27 000 que compte l’uB, lors d’une AG illégale et non représentative, n’aboutit qu’à détourner l’attention des vraies problématiques liées à l’enseignement supérieur, et complique la vie d’étudiants pourtant souvent dans des situations sociales déjà précaires. »
Génération Campus « appelle en outre à voter en masse contre le blocage lors de l’AG qui se tiendra jeudi à midi devant les amphis Aristote et Platon. »
Enfin, l’UNI, via Jean-Baptiste Mandron, élu titulaire au conseil d’administration, « soutient les réformes en cours, le droit à étudier et à circuler librement », « mobilise les étudiants à voter massivement contre le blocage » et envisage, « s’il n’y a pas de déblocage d’ici jeudi, de porter un recours au tribunal administratif. »
Aujourd’hui, les étudiants grévistes poursuivent avec détermination leur mouvement. Le comité de mobilisation organise des rassemblements destinés à informer : un accueil à l’entrée du restaurant universitaire Mansart à partir de 11 heures, une réunion à 13 heures (amphi Drouot, Chabot-Charny).

Le Bien public

Partager cet article:
Publié par John B

Vous aimerez aussi:

0 Commentaires

Le forum sera ouvert prochainement

Engagez-vous !

Mobilisez-vous et mobilisez autour de vous pour faire gagner les valeurs de la famille, du travail, de l'excellence et du mérite J'adhère Je donne