Travailler à Strasbourg

Par UNI Archives

Le 30 décembre 2004 à 10h34

Image Travailler à Strasbourg

Je partage l'article

La question de l’emploi pour les étudiants est l’un des problèmes majeurs rencontrés au cours de leur scolarité, puisqu’il s’avère indispensable à un nombre de plus en plus élevé d’étudiants.

Dans certains cas, c’est une question de nécessité économique, les familles ne pouvant pas, ou ne voulant pas, assumer les frais quotidiens de leurs enfants. Dans d’autres cas, soit les parents incitent leurs enfants à prendre leur indépendance, soit ceux-ci manifestent eux-mêmes cette volonté.

Dans tous les cas, la recherche et l’obtention d’un emploi deviennent des problèmes cruciaux qu’un certain nombre d’organismes et sociétés proposent de régler.

1. Le CROUS est le premier pourvoyeur de « petits boulots » aux étudiants, le plus évident et le plus fiable en ce qui concerne la qualité des offres proposées. Là, pratiquement aucun souci, aucune offre scabreuse ou attrape-couillon n’est à craindre car la surveillance des emplois offerts est un souci heureusement prioritaire pour le Centre. Malheureusement, revers de la médaille quasi obligatoire, les offres sont très courues et donc rares. Il faut faire le siège quotidien du bureau pour être le premier sur les meilleurs coups.

2. Les sociétés d’intérim : la liste des sociétés d’intérim permettant de trouver un travail serait longue et fastidieuse, d’autant qu’elle est disponible dans tous les annuaires. Mais des remarques s’imposent quant à leurs pratiques et leur probité générale.

En effet, quelque soit l’enseigne considérée, l’étudiant postulant à un emploi est considéré comme une main-d’oeuvre bon marché, peu regardante et corvéable à merci. Pour peu que l’on désire conserver un minimum de choix dans les propositions de poste, il faut impérativement préciser dès le départ les domaines d’activités exigés afin de les faire figurer sur le contrat que l’on signera avec l’agence. Une certaine souplesse doit bien sûr être possible, mais les travaux doivent et peuvent correspondre au domaine d’activité futur pour lequel on étudie.
RIEN NE NOUS OBLIGE AU TRAVAIL EN FAST-FOOD !

3. Les annonces et les démarches personnelles : la recherche individuelle d’un emploi dans les petites annonces est le troisième moyen de dégoter l’emploi désiré pour mettre du beurre dans les épinards. A Strasbourg, 3 organes de presse principaux se partagent la majorité du secteur des annonces : Les D.N.A., notre journal local, avec un renouvellement hebdomadaire et un délai de réponse assez variable lorsqu’il s’agit de s’adresser à lui pour répondre ; le M.A.S.S. 67, le plus ancien gratuit d’annonces dans le département ; le PARU/VENDU 67, très réactif, et qui semble plus attentif à la validité et à l’actualité des annonces qu’il diffuse -son service internet est très bien fait, et les emplois partent vite. Ce dernier journal a attiré à lui une clientèle d’annonceurs plus sérieuse à l’usage, et qui paient un peu plus aussi ! (La raison, Dieu seul la sait, mais profitez-en !!!)…

Conseil dans tous les cas (parfois plus difficile à suivre que prévu mais…) : ne vous laissez pas marcher sur les pieds, discutez les horaires de travail, les temps de pause, le salaire, les facilités pour suivre les cours et participer aux examens, etc. Soyez sûrs de vous lors de vos entretiens et négociations, cette impression est souvent ressentie favorablement comme un signe de maturité par les employeurs !!

Elise WEISSGERBER

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Consultation étudiante : tes conditions de vie et d’études

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !