Un mouvement aux méthodes totalitaires.

Par UNI Archives

Le 13 novembre 2007 à 22h02

Image Un mouvement aux méthodes totalitaires.

Je partage l'article

Alors que 62% des étudiants votants se sont prononcés hier contre le blocage, à bulletins secrets, de l’université de Rennes II, une centaine d’étudiants en empêchait toujours l’accès, obligeant la fermeture administrative de la faculté.

Le président de Rennes II a appelé les étudiants et les enseignants de rentrer chez eux : « Nous avons eu l’intervention de groupes violents munis de barre de fer et batte de base-ball. Pour l’instant nous n’avons pas les moyens d’imposer par la force la reprise des cours. On réfléchit bien sûr à une réouverture mais nous sommes dans une situation de blocage face à des gens qui ne tiennent pas leurs promesses et ont un comportement terroriste ».

Leurs revendications dépassent le simple cadre universitaire, puisque, outre l’abrogation de la loi Pécresse, ces « étudiants » demandent le retour aux 37.5 annuités pour tous, la suppression des franchises médicales et de la loi Hortefeux sur l’immigration. Ces revendications tous azimuts montrent bien que la loi d’autonomie des universités n’est qu’un prétexte dans un plan plus large de contestation.

C’est dans un contexte extrêmement tendu, qu’un dispositif de forces de l’ordre a pris place autour de la gare, puisqu’un groupe d’étudiants grévistes avait prévu de manifester aujourd’hui après-midi de l’université à la gare, qu’ils entendaient bloquer. Ils sont arrivés vers 16h place de Bretagne alors que les premiers affrontements ont éclaté avec les forces de l’ordre sur le Mail. Ces échauffourées ont éclaté entre une centaine d’étudiants et les forces de l’ordre. Les manifestants avaient dans un premier temps tenté de bloquer la gare puis de perturber la circulation sur la rocade.

Le jeu du chat et de la souris avec les CRS s’est poursuivi jusque dans le centre ville où les forces de l’ordre ont finalement chargé les étudiants. Deux personnes ont été interpellées.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Consultation étudiante : tes conditions de vie et d’études

Article lié -

La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po Grenoble !

Article lié -

Exigeons des places de parking pour les étudiants de Carlone !