l’UNI dénonce les propos haineux d’un professeur de Paris 1

Par Luca Barbagli

Le 27 janvier 2023 à 17h30

Image l’UNI dénonce les propos haineux d’un professeur de Paris 1

Je partage l'article

Durant un cours d’histoire contemporaine pour la Licence 2 AES ce Mardi 24 Janvier 2023 à l’université Panthéon Sorbonne, le professeur a prononcé les mots suivants: « Si vous me disiez que vous votez Macron, Ciotti, ou Le Pen, je ne vous respecterais pas beaucoup. Mais si vous votiez Zemmour, je vous considèrerais comme des bêtes à abattre ». Dans la salle composée d’une vingtaine d’étudiants, pas d’indignation, simplement des regards sur le militant UNI présent. Le cours se termine donc sans problème.
Ce professeur, dont le nom n’a été transmis qu’à la présidence de l’université, est un militant La France Insoumise qui utilise son cours pour faire de la propagande et proférer des menaces de mort et des appels à la haine.
Cela fait maintenant trois jours que l’université ne donne aucun signe de vie suite à notre demande de réaction et de sanction de sa part.
Il est grand temps que la doxa gauchiste cesse d’être proférée dans nos universités. Menacer de mort est intolérable ; la passivité de la présidence de Panthéon Sorbonne est inacceptable. Rappelons que cette même présidence, en 2020, avait condamné le jour même les propos d’un professeur de droit jugés homophobes. La soumission aux groupuscules et lobbys gauchistes de la part de l’université ne peut qu’être constatée.
Par son silence, l’Université de Paris 1 condamne une liberté fondamentale, garante du respect des droits de l’homme : la liberté de conscience et d’opinion.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Collège Stanislas : l’acharnement contre les écoles d’excellence et anti-woke

Article lié -

Professeurs, n’abandonnez pas vos étudiants !

Il y a 2 commentaires :

Photo de profil de

Bonjour,

J’ai été étudiant à Paris 1 de 1986 à 1991 et élu CELF au conseil d’administration de cette université. Tolbiac était à l’époque déjà gangrené par des gauchistes qui ont depuis fait carrière. La transparence doit être faite sur cette affaire et l’enseignant, ou plutôt l’ordure, qui a proféré ces paroles, n’a pas sa place à l’université. La France soumise au tout Etat doit être interrogée et en cas de soutien doit être dissoute.