L’UNI vent debout contre l’écriture inclusive à l’université Clermont Auvergne

Par Fiona Idda

Le 22 juin 2022 à 11h28

Image L’UNI vent debout contre l’écriture inclusive à l’université Clermont Auvergne

Je partage l'article

Le 24 juin 2022, le Conseil d’Administration de l’Université Clermont Auvergne devra se prononcer à propos de l’adoption d’une “Charte pour une communication inclusive à l’UCA” qui porte donc sur la modification des moyens de communication internes à l’Université.

Cette charte a pour projet d’imposer l’usage de l’écriture inclusive à l’Université, impliquant l’introduction du “point médian” et de la “barre oblique”, contrevenant à l’avis de l’Académie Française. L’Université poursuit un « un objectif de non-choix entre le féminin et le masculin et de non- catégorisation des personnes selon leur genre ». Cet objectif clair de faire disparaître le masculin et le féminin est une ultime preuve de la volonté déconstructiviste de l’idéologie wokiste. Ce projet va encore plus loin dans son absurdité en promouvant une vision égalitariste au-delà même du langage écrit, et incite « à communiquer par oral sans biais de genre ». Il s’immisce également dans les représentations, en imposant des règles relatives aux apparitions et tenues des hommes et des femmes sur les images circulants au sein de l’Université, et intimant à « éviter de représenter les femmes dans des positions statiques, rêveuses ou passives et les hommes dans des attitudes concentrées, dynamiques et assurées », « éviter également de représenter des rapports de domination hommes/femmes : ne pas représenter un homme qui montre et une femme qui regarde ; un homme debout et une femme assise ; un homme au premier plan et une femme au
second », « dans l’ensemble des visuels, il faut veiller à représenter de façon égalitaire les différentes ethnies, morphologies, genres et orientations sexuelles » : l’idée n’est ainsi plus de communiquer avec les étudiants, mais avec des communautés qu’il convient de traiter différemment.

Les étudiants ne devraient pas avoir à subir les caprices de quelques militants qui ne cherchent qu’à véhiculer leur idéologie anti-française en détournant notre langue qui pèserait davantage sur la compréhension et l’apprentissage des étudiants étrangers, et atteints de dyslexie.

Cette charte ne vise en aucun cas à améliorer ou développer l’égalité homme/femme, elle n’est qu’un prétexte pour faire avancer l’idéologie d’une minorité de militants d’extrême- gauche à l’Université. C’est le sens de notre pétition contre le wokisme, l’écriture inclusive et la censure du mois de février dernier qui avait recueilli plus de 12 000 signatures.

L’UNI appelle donc les administrateurs à s’opposer à ce projet en votant contre l’adoption de cette charte.

Les articles que vous risquez d'apprecier...

Article lié -

Ateliers musicaux interdits aux hommes à l’université rennes 2 : l’UNI dans la presse pour dénoncer ce scandale !

Article lié -

L’Université Rennes 2 met en place des ateliers musicaux interdits aux hommes ! 

Article lié -

Vidéo : L’UNI sur CNEWS pour évoquer la rentrée et le communautarisme islamique à l’université !

Il y a 6 commentaires :

Photo de profil de

Je suis contre l’écriture inclusive. Vouloir l’imposer est grotesque.

Photo de profil de

Tout cela me fait penser au petit livre rouge de Mao et à sa révolution culturelle… construire un homme nouveau… toujours la même utopie

Photo de profil de

Nous sommes dans un siècle de décadence où les minorités qui ne représentent rien veulent imposer leurs idées néfastes, on se retrouve ainsi 23e sur l’échelle PISA

Photo de profil de

Continuez votre juste combat contre l’écriture inclusive, péril mortel pour la langue française.
Je lutte au quotidien contre son utilisation, et notamment contre son introduction dans les collèges par l’intermédiaire d’associations militantes.
Ce fut le cas récemment dans le collège privé de ma fille au Relecq Kerhuon en Bretagne. Le principal du collège nous a reçu pour répondre à nos critiques et sa condescendance nous a permis de supposer sa position sur le sujet. S’intéresser au niveau global de ses collégiens en français devrait plutôt être sa priorité.
Les diocèses et l’APEL devraient prendre une position plus affirmée au sujet de l’écriture inclusive pour lutter contre l’exclusion d’une jeunesse qui a déjà des lacunes dans l’apprentissage de notre langue, et contre l’exclusion des enfants dys.
La richesse de la langue française permet l’inclusion des étudiants et des étudiantes sans exclure les dys avec l’utilisation du point médian.
L’inclusion promise par l’écriture inclusive n’est qu’une chimère que les idéologues minoritaires woke souhaitent imposer à la majorité. Pur produit d’une idéologie, elle exclut et ne permet en rien de faire avancer les débats sur l’égalité homme-femme.
Je suis pour l’inclusion de tous et c’est une fierté de combattre les tentatives de déconstruction de notre langue française qui est la langue de la République comme l’article 2 de la Constitution Française l’affirme avec force.
Vous avez donc tout mon soutien et j’inviterai mes enfants à rejoindre votre association lorsque le moment sera venu pour eux d’accéder à l’université.